Vue détaillée actualité

46 titres de qualité sous-évalués en Europe

Dans un marché toujours incertain, la liste des opportunités d’investissement s’est élargie.

Après l’Italie, les tensions internationales ont eu une nouvelle fois raison des investisseurs. L’indice Morningstar Europe NR EUR a enregistré au cours du mois de juin un repli de 0,7%. Depuis le début de l’année, les actions européennes cèdent 0,3% et enregistrent une hausse de 3,5% sur un an.

Source : Morningstar Direct

Au-delà de l’impact encore difficile à évaluer d’une possible guerre commerciale entre les Etats-Unis et ses principaux partenaires, Chine en tête, certains économistes estiment que les derniers indicateurs semblent indiquer que la croissance mondiale a atteint un pic et qu’elle pourrait entrer dans une phase de décélération.

Outre les tensions commerciales, la « désynchronisation » des politiques économiques (échec du récent sommet du G7), l’incertitude politique, la remontée des cours du pétrole, les tensions dans certains pays émergents en raison de l’appréciation du dollar mais aussi une accélération de l’inflation salariale semblent peser sur le moral des investisseurs.

Tous ces sujets constituent des facteurs négatifs pour l’économie et la plupart des entreprises européennes.

Ceci s’est d’ailleurs traduit en partie dans les publications de résultats du premier trimestre (révision en baisse des prévisions de croissance du PIB, volatilité des changes, stabilisation des indicateurs avancés (PMI) qui ont une relation avec les profits des entreprises.

La situation est-elle si catastrophique ? Pas si sûr, à en croire les stratégistes d’UBS. Dans une note datée du 2 juillet, ils produisent les graphiques suivants :

Pour comprendre ce décrochage (graphique de gauche), il faut décomposer la contribution des principaux secteurs.

L’énergie, le papier, les semi-conducteurs, la chimie, les mines, la santé, les boissons et le tabac sont des secteurs où l’on a observé récemment une révision à la hausse des prévisions de résultats. Le consensus des analystes qui tablait il y a un mois sur 7,7% de croissances de profits en Europe cette année, table désormais sur 9% de croissance.

Comme l’an dernier, les attentes des analystes sont, à ce jour encore, relativement stables et devraient logiquement servir de force de rappel une fois que les incertitudes économiques et politiques auront été correctement digérées par les marchés.

En termes de performance boursière, les secteurs les plus pénalisés au cours du mois de juin ont été l’automobile (-9,3%), les mines et produits de base (-3,8%), les loisirs (-3,5%), la construction et les matériaux (-2,8%).

Dans ce contexte, le spectre d’opportunités des investisseurs dans l’univers actions s’est élargi. Dans l’univers des entreprises suivies par la recherche actions Morningstar, 46 titres sont désormais décotés. La décote moyenne ressort à 20%, avec une fourchette comprise entre 32% et 10%.

Source : Morningstar Direct

Liste des valeurs de qualité décotées en Europe

Source : Morningstar Direct

 

© Morningstar, 2018 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

 

 

 

 

 

Sources : Morningstar