Vue détaillée actualité

Crédit : les marchés au bord de l’indigestion

Les spreads se sont écartés, même si cela s’est fait sur des niveaux historiquement bas.

Les marchés du crédit ont souffert d’indigestion au cours de la semaine écoulée. Entre l’absorption d’un montant significatif d’émissions et des prises de profits liées au nettoyage de portefeuilles avant la fin de l’année, les spreads de crédit se sont écartés, même si cela s’est fait à partir de niveaux historiquement bas.

Le spread de crédit moyen de l’indice Morningstar Corporate Bond a augmenté de 5 points de base à +104. Sur le marché du haut rendement, le spread de l’indice Bank of America Merrill Lynch High Yield Master a bondi de 24 points de base à +376.

Parmi les émissions marquantes, Apple a placé 7 milliards de dollars de papier, suivi par Oracle (10 milliards), puis UPS a vendu 6,6 milliards d’obligations libellées en dollars.

Autre élément qui a mis un peu de pression sur le marché du crédit, la hausse des rendements obligataires des bons du Trésor. Le rendement à 2 ans a pris 4 points de base à 1,65% quand le 10 ans a progressé de 6-7 points de base, pour atteindre 2,40%. La courbe des taux a continué de s’aplatir et le spread entre le 2 ans et le 10 ans américain s’est resserré.

Historiquement, un aplatissement de la courbe est un indicateur avancé d’un affaiblissement du cycle économique. Mais cette fois-ci, ce signal pourrait être distordu par l’action des banques centrales. Et c’est loin d’être terminé.

Le marché accorde 100% de probabilités à un relèvement des taux directeurs de la Fed en décembre. La BCE a indiqué qu’elle continuera d’acheter pour 30 milliards de dollars d’obligations chaque mois jusqu’en septembre 2018 et que ce programme pourrait être prolongé en cas de besoin.

Flux hors du haut rendement

Pour la quatrième semaine consécutive, les fonds d’investissement et ETF spécialisés sur le haut rendement ont subi des retraits. Le montant net atteint 0,8 milliard de dollars, dont 0,3 milliard pour les fonds actifs et le reste pour les ETF. Au cours du mois écoulé, la décollecte atteint 1,8 milliard de dollars, à parts égales entre ETF et fonds ouverts.

Depuis le début de l’année, la classe d’actifs subit des sorties de capitaux totalisant 7,4 milliards de dollars, dont 11,3 milliards pour les fonds ouverts contrebalancés par une collecte de 3,9 milliards dans les ETF.

L’évolution des flux sur les ETF sont considérés comme un moyen d’évaluer la demande des investisseurs institutionnels à court terme, laquelle est corrélée à l’évolution des spreads de crédit, tandis que les fonds ouverts sont censés refléter la demande des investisseurs particuliers et reflète davantage l’évolution du rendement de la classe d’actifs.

 

 

 

 

 

Sources : Morningstar